Choisir l’aide appropriée

Publié le: 02/06/2016 - Mis à jour le : 18/08/2016

Accompagnement
Une série d’associations offrent un accompagnement aux personnes désirant se lancer dans des travaux liés à l’énergie et au logement (état des lieux de l’habitation, priorisation des travaux à effectuer, recherche des primes et des aides disponibles sur le marché, etc.).

Des aides disponibles avant ou après l’investissement ?

Pret_argentLa plupart des aides financières interviennent après les dépenses, sur base des factures. Cela signifie que le ménage doit avancer les sommes nécessaires aux travaux. C’est le cas des primes «Énergie» et des réductions (ou du crédit) d’impôt.

Certains dispositifs permettent cependant de disposer d’une aide dès avant les travaux :

  • les prêts : il s’agit cependant seulement d’une aide au préfinancement et non d’une intervention financière dans les travaux.

Impact des travaux sur la consommation
Les travaux d’amélioration du logement vont avoir un impact sur la consommation du ménage et sur le montant de ses factures. Il est possible, après la réalisation d’investissements, de faire adapter en conséquence le montant des provisions mensuelles. Le gain sur la facture doit idéalement permettre, à moyen terme, le remboursement du prêt et, à long terme, doit bénéficier directement au ménage.

  • Les primes à la rénovation : ces primes ne sont pas spécifiques aux investissements énergétiques mais elles couvrent certains d’entre eux. Il est possible, sur demande, d’obtenir une avance de 90% sur le montant estimé de la prime.

Cumul des aides et conditions

La plupart des aides sont cumulables. Attention cependant :

  • dans la plupart des cas, les investissements doivent répondre à des spécificités techniques (ex. : une certaine épaisseur d’isolant) qui peuvent varier selon le type d’aide. Pour cumuler les aides, l’investissement doit répondre aux conditions de l’ensemble des dispositifs.Ces conditions techniques ne figurent pas ici. Pour chaque dispositif, vous trouverez un lien vers des informations plus précises.

Entrepreneurs enregistrés
De manière générale, pour donner droit à des aides financières, les travaux doivent être réalisés par des entrepreneurs enregistrés. Pour savoir si un entrepreneur est enregistré, vous pouvez consulter le centre de contact du SPF Finances au 02/572 57 57, tous les jours ouvrables, de 8h à 17h. Veillez à avoir sous la main le numéro d’entreprise de l’entrepreneur concerné.

  • L’octroi des aides est parfois conditionné à d’autres facteurs. Par exemple :
      • le demandeur doit être propriétaire
      • le demandeur doit occuper le logement (avant et/ou après les travaux)
      • le logement doit avoir un certain âge
      • le logement doit se trouver dans une zone précise
      • etc.

Comment savoir quels investissements privilégier ?

L’audit énergétique

Si un usager envisage de réaliser de gros investissements, il est préférable qu’il fasse faire au préalable un audit énergétique de son logement. L’orientation des actions prioritaires à entreprendre se détermine sur base du constat dressé à cette occasion.

Auditeurs agréés
Si la personne choisit un auditeur agréé, elle bénéficie d’une Prime Énergie. Vous trouverez plus d’informations et la liste des auditeurs agréés sur le site de Bruxelles Environnement

Un ordre général de priorités

Indépendamment de la situation personnelle de l’usager, il est possible de se référer à un ordre général de priorités dans la réalisation d’investissements :

  1. si c’est techniquement et légalement faisable, remplacer l’électricité par le gaz pour les gros postes de consommation (chauffage principal, eau chaude sanitaire et cuisson).
    Ces investissements ne réduisent pas la consommation d’énergie mais bien son coût. En effet, pour un même résultat, l’électricité coûte 3 fois plus cher que le gaz.

Par exemple, la production d’eau chaude pour 2 personnes, évaluée à 1.600 kWh annuels, coûte :

– en gaz : 1.600 kWh * 0,065 euros/kWh (environ) = 104 euros

– en électricité : 1.600 kWh * 0,20 euros/kWh (environ) = 320 euros

  1. Le chauffage est le plus gros poste de consommation.
    Il représente 54% de la consommation énergétique annuelle moyenne d’un ménage. En conséquence, les investissements visant la diminution de la consommation d’énergie se centrent prioritairement sur ce poste.
      • Premièrement, la régulation :
        Le placement de vannes thermostatiques et d’un thermostat, qui permettent une meilleure régulation de la température selon l’occupation (présence/absence) et selon l’alternance jour-nuit. Ils peuvent donc aider à diminuer la consommation à relativement faible coût, au regard des autres formes d’investissements possibles.
      • Deuxièmement, l’isolation :
        L’isolation permet de réduire les pertes de chaleur (isolation de la toiture et des murs, double vitrage, etc.) mais les investissements sont plus coûteux.
      • Troisièmement, la production de chaleur :
        L’action peut enfin se centrer sur les investissements qui visent à améliorer la production de chaleur (par exemple, l’installation d’une chaudière à condensation à puissance modulante).

Adaptation de la puissance de la chaudière
La puissance de la chaudière doit être adaptée à la taille du logement et à son niveau de performance énergétique. Il ne sert à rien de placer une installation trop puissante, plus chère à l’achat et à l’usage.

  1. Les appareils électriques et l’éclairage représentent 26% de la consommation énergétique moyenne d’un ménage en région bruxelloise.
    On conseille, en cas d’achat ou de remplacement d’installations et/ou d’appareils électriques, de privilégier des appareils économes en énergie.

Performance des appareils et des équipements
On produit aujourd’hui des appareils toujours plus performants au niveau énergétique (classe A+++). Ce type d’investissement ne se justifie pas nécessairement, car le surcoût est généralement important pour un bénéfice énergétique réduit.