Evaluer la consommation

Comparer la consommation avec une référence

Déceler une situation de « sur-consommation » ou de « sous-consommation » énergétique chez un ménage peut s’avérer difficile. Pour déterminer si la consommation d’eau d’un ménage parait raisonnable, il est utile de pouvoir comparer la consommation réelle du ménage à la consommation moyenne d’un ménage vivant dans des conditions similaires.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour consulter la fiche pratique concernant les consommations de référence. Elle donne, en fonction des caractéristiques du ménage et du logement occupé, une consommation moyenne d’eau, de gaz et d’électricité. Vous pourrez ainsi comparer la consommation réelle (indiquée sur la facture) avec une consommation de référence

Fiche_pratique_conso_reference_5

On considère qu’un public non-fragilisé consommera en moyenne un peu moins de 120 litres par jour (logement en bon état au niveau des tuyauteries, équipements modernes consommant moins d’eau, etc.). On peut considérer qu’en majorité, les publics précarisés vivent dans des logements plus vétustes où de vieilles canalisations peuvent présenter des fuites, où les robinetteries seront en mauvais état, etc. Si l’on prend en compte cette réalité, une consommation de 120 litres d’eau par jour et par personne peut être considérée comme une consommation normale et non-excessive. En terme annuel, cela représente 45.000 litres d’eau par personne (45m³). Les données ci-dessus sont fournies à titre indicatif.

Si la consommation réelle du ménage est semblable à la consommation de référence, c’est que la consommation du ménage n’est pas problématique.

Expliquer la différence avec la consommation de référence

Si une différence survient, il faut essayer de l’analyser. Un ou plusieurs paramètres peuvent expliquer cette différence :

  • la présence temporaire d’une ou plusieurs personnes supplémentaires dans le ménage de base au cours de l’année écoulée.
  • Des habitudes de vie qui impliquent une consommation importante d’eau, notamment le recours au bain (au lieu de la douche) pour se laver.
  • L’état de certaines installations impliquant des fuites d’eau qui peuvent se révéler très coûteuses.

Concernant les deux derniers paramètres, des actions sont envisageables pour tenter de diminuer la consommation d’eau et, dès lors, le montant facturé.